Le mal être et la somatisation sous l’éclairage de la fasciathérapie.

FasciaFrance Bibliographie

Angibaud, A. (2011). Mémoire de Mestrado en Psychopédagogie perceptive, Faculté de Sciences Humaines et Sociales, Université Fernando Pessoa, Porto (Portugal).

Résumé : Cette dissertation de mestrado porte sur les effets collatéraux de la Fasciathérapie sur les personnes qui souffrent de somatisation, et tente de répondre à la question de recherche : « Quels sont les impacts somato-psychiques de la Fasciathérapie sur les personnes qui souffrent de somatisation en relation avec un état de mal être? ». J’ai tout d’abord présenté le champ théorique sur la notion de mal être et les somatisations, puis j’ai développé la prise en charge de la somatisation de mal être en fasciathérapie. La posture épistémologique déployée est celle de praticien-chercheur qui adopte une démarche heuristique. Au niveau de la méthodologie, j’ai interviewé trois patients en m’appuyant sur un guide d’entretien. La méthode d’analyse d’inspiration phénoménologique utilise une approche catégorielle, comme point de départ d’un récit phénoménologique et herméneutique cas par cas. Sur cette base de données, j’ai effectué une démarche herméneutique transversale qui m’a permis de mieux comprendre la nature, les conditions, le processus et les impacts somato-psychiques de la fasciathérapie et d’en tirer des conclusions significatives pour ma recherche. Les séances de fasciathérapie apportent un sentiment de bien-être (relâchement, paix, sérénité, joie) et les personnes contactent un sentiment d’existence organique en lien avec un vécu de leur intériorité corporelle. Des changements relationnels et des prises de conscience en lien avec l’expérience corporelle sont également rapportés. La fasciathérapie ne se limite pas dans ce contexte à une action sur la douleur physique ressentie par les personnes mais agit également sur la relation au corps favorisant ainsi des prises de conscience sur soi et sur les problématiques qui sous-tendent les somatisations.